Essences

Dans ces statues, la plastique pratiquée est celle des poses des modèles, Pourtant ce qui frappe, en regardant l'ensemble des figurines, c'est l'attitude méditative de beaucoup de ces nus. La tête appuyée sur un bras à la manière du penseur de Rodin, ou le regard perdu dans une rêverie intime, ces terres cuites semblent à l'écoute de quelque chose d'intérieur

Ce que nous montre l'artiste dans ces nus, c'est une application, ou une redécouverte, d'une règle, que Rodin tenait pour essentielle, et qu'il avait lui-même acquise au cours de ses formations en atelier : "...ne vois jamais les formes en étendue, mais toujours en profondeur ! Ne considère jamais une surface que comme l'extrémité d'un volume...". C'est ce travail dans la masse qui donne les "incurvations voluptueuses d'une hanche", et les "imperceptibles ressauts" d'un ventre…